PAY TO PRAY

OUAKAM, SENEGAL.

     Le 18 septembre 2018, l'Artiste Photographe Thomas DAVTIN, reconnu dans le milieu de la Mode pour la puissance et la technicité de ses prises vue, s'envolait à destination de Ouakam, la banlieue sud de Dakar (Sénégal), armé de ses appareils argentiques pour un photo reportage. 

     Ne sachant pas ce qui l'attendait sur place, et désireux de rester spontané, Thomas souhaitait se laisser guider par ce qu'il allait voir et ressentir. La maigre information qu'il détenait à propos de sa destination au moment du départ, était qu'il se rendait dans cette zone totalement inconnue des touristes.

     A son arrivée, il comprit que de nombreuses croyances étaient ancrées dans ce pays majoritairement musulman. Pour la population, les Marabouts sont des icônes à vénérer, au même titre que la religion.
     Une grande partie de la population, et notamment de nombreux enfants (appelés les Talibets), travaillent à fournir aux Marabouts, nourriture, offrandes et argent...

      Touché par leur jeune âge, Thomas accorde aux talibets une grande place au sein de son photo reportage. Ils font la manche, et se battent pour gagner et offrir le plus. Pour eux, le matériel importe peu.

Et c'est cette façon de vivre, de penser, cette mise en lumière sur l'importance des prières au sein de ce pays,

qui a  inspiré ce titre frappant "PAY TO PRAY".

     Mais il règne tout de même quelques fois une ambiance douce au sein de Ouakam. Le sable ocre, presque rouge, et cette multitude de couleurs attrayantes offrent à nos yeux, un spectacle magnifique.

     Les visages qu'il croise peuvent être durs et fermés, mais il suffit d'un simple sourire et de quelques mots pour voir les traits se détendre et s'apaiser. L'intention de ce reportage était de raconter ce qu'il a vu et vécu.
     Chaque tableau immortalise un instant de vie spontané, partagé entre lui et les habitants de cette ville Sénégalaise, pas de fioriture, pas de mise en scène.

     Tout se monnaye à Ouakam, sauf les regards et les "bonjour! ça va?"

©Thomas DAVTIN.